Esprit d'ailleurs

Dès le 18ème siècle, l’exotisme attire les amateurs d’art. L’Asie et l’Afrique regroupent alors l’essentiel des tendances. Les dessinateurs textiles créent alors des étoffes inspirées de l’Orient. On voit par exemple des toiles de Jouy se couvrir de pagodes et de mandarins. La mode de la chinoiserie perdure jusque dans les années 1920 avec plus ou moins de force.
Avec l’ouverture du Japon vers l’occident, les Européens découvrent également une nouvelle culture et surtout une manière d’appréhender la nature qui va influencer tous les arts décoratifs y compris le textile. Ce courant va porter le nom de Japonisme. Il sera plus ou moins récurent jusque dans les années 1930. Dans le textile, les tissus se couvrent de Geisha et de personnages en kimono.
Mêlées aux étoffes occidentales d’un style arabisant ou aux motifs orientaux, les arabesques jouent avec les fleurs et se mixent avec des graphismes de moucharabieh pour un air d’Orient.
Inspirées du Moyen Orient, les plus anciennes étoffes se mêlent à la culture témoignant de la joyeuse rencontre de l’occident avec l’Orient.