Abstrait

Le terme abstrait a revêtu selon les moments en histoire de l’art des significations diverses. Dès le XIXième siècle, les dessinateurs créent des étoffes détachées de toute réalité concrète.
L’apparition de la technique de guillochage dans le premier quart du 19ème va permettre l’ajout d’une nouvelle dimension : celle de la dynamique, du mouvement. On ne peut s’empêcher de penser à l’art cinétique des années 1960.
La technique d’irisation sera reprise par les industriels du textile pour créer des étoffes irisées. Le résultat sur laine ou sur coton permet de réaliser des étoffes très graphiques ou l’on joue des effets d’optique, restituant également la vision de matériaux nobles tels que les étoffes de soie, le bois ou le marbre.
Dès la seconde moitié du 18ème siècle, on orne de motifs géométriques le centre des mouchoirs. Les étoffes de doublures sont souvent à motif géométrique et la manufacture de Jouy-en-Josas s’en fait une spécialité. C’est l’art déco qui va donner à la géométrie ses lettres de noblesse.